Souscrire une assurance professionnelle est l’une des principales formalités à effectuer après l’immatriculation d’une entreprise. Entre choisir le meilleur contrat, se conformer aux couvertures obligatoires et opter pour les garanties facultatives, de nombreux entrepreneurs ont du mal à s’y retrouver. Si c’est également votre cas, trouvez dans ce guide des réponses pour comprendre les éléments fondamentaux liés à l’assurance professionnelle.

L’importance de l’assurance professionnelle pour les entreprises

Une assurance professionnelle vous permet de bénéficier d’une couverture quand vous causez des dommages aux tiers ou à vos clients. Elle aide aussi à faire face aux différents aléas qui peuvent personnellement vous concerner : maladie, invalidité, faillite, vol de matériel.

Sa souscription favorise par ailleurs la pérennité de votre activité. Le financement de l’assureur vous évite de toucher à la trésorerie de votre entreprise pour réparer des sinistres. De plus, cette prise en charge vous met à l’abri des poursuites judiciaires en cas de problème. Vous bénéficiez d’une tranquillité d’esprit qui vous permet de mieux vous concentrer sur votre cœur de métier.

En plus d’être une nécessité pour la sécurité de vos affaires, la souscription d’une assurance professionnelle peut constituer une obligation. Cependant, cette règle dépend de la nature de votre activité. Par exemple, l’assurance RC pro est exigée pour toutes les professions réglementées. Cette couverture professionnelle est en effet obligatoire pour :

  • les agents immobiliers,
  • les experts-comptables,
  • les professionnels de la sécurité, du transport des personnes et des biens,
  • les intermédiaires en assurance (courtiers ou agent général),
  • les professionnels de santé, du tourisme, du BTP et du droit.

Elle est tout de même vivement recommandée pour les autres activités qui ne sont pas réglementées. De même, la garantie décennale est obligatoire pour les artisans (en rénovation ou construction) et pour toutes les entreprises du bâtiment.

Elle est conseillée aux professionnels qui interviennent sur des équipements mobiles dissociables du gros œuvre (appareils électriques par exemple). Pour savoir si vous devez souscrire une assurance professionnelle, considérez les risques qui peuvent survenir dans le cadre de votre profession. Focalisez-vous également sur les textes relatifs à votre métier.

Quelles sont les différentes catégories d’assurance professionnelle ?

Les couvertures professionnelles sont réunies en trois catégories. Elles peuvent vous protéger directement, prendre en charge votre activité ou votre matériel de travail.

La complémentaire santé et les prévoyances

La mutuelle santé n’est pas obligatoire pour les entrepreneurs, mais elle est vivement conseillée. Elle permet de bénéficier d’une meilleure couverture santé, car elle supporte la totalité ou une partie des frais restants à votre charge pour les soins remboursés par la Sécurité sociale. Elle peut subventionner les dépenses non couvertes par l’Assurance Maladie comme une séance d’acupuncture ou une consultation chez un psychologue. C’est un contrat facultatif qui vous donne la possibilité d’inscrire vos salariés, vos enfants ou votre conjoint comme bénéficiaires.

Cela est aussi possible pour une garantie décès invalidité. Cependant, pour ce type de couverture, les ayants droit perçoivent les indemnités quand le souscripteur décède ou devient invalide. Ce principe de fonctionnement favorise la pérennité financière de vos proches en cas de malheur.

L’assurance homme-clé se base sur le même objectif. Ici, la prise en charge sert à continuer les activités de votre entreprise. Le capital est versé si une personne considérée comme essentielle (le dirigeant par exemple) dans la société meurt ou est frappée d’une invalidité. En revanche, il est récupéré en fin de carrière quand il s’agit d’une assurance retraite. C’est une garantie qui vous permet d’avoir de l’argent pour subvenir à vos besoins pendant vos vieux jours.

Les couvertures relatives à l’activité

La souscription d’une assurance dommages-ouvrage est une obligation si vous voulez réaliser des travaux dans votre local commercial ou au sein de votre entreprise. Elle prend en charge les vices cachés et les malfaçons susceptibles d’apparaître durant le projet. Sa valeur dépend du montant des opérations à effectuer et du type de bien. Elle équivaut souvent à 0,5, voire 1 % de la somme totale des travaux. Le coût d’une assurance peut être influencé par d’autres critères comme le chiffre d’affaires de l’entreprise et la nature de la profession.

C’est aussi le cas pour la garantie décennale. Elle vous permet de bénéficier d’une couverture pendant un délai de 10 ans en cas de défauts capables de compromettre la solidité d’un ouvrage après sa livraison. Sa souscription doit être faite avant le début des travaux. La prise en charge doit s’étendre à la zone géographique dans laquelle la prestation se réalise.

Il en est de même pour l’assurance perte d’exploitation. Un événement extérieur (émeute, catastrophe naturelle, incendie) doit entraîner une baisse de votre chiffre d’affaires pour que la garantie s’active. L’indemnisation accordée sert à supporter les dégâts causés par le sinistre et les charges incontournables de l’entreprise (salaires, loyer, impôts).

Les assurances relatives à la protection des biens professionnels

L’assurance local professionnel permet de protéger votre espace de travail contre tout type de sinistre. C’est une couverture souvent exigée par les bailleurs, mais elle est facultative. Vous êtes aussi libre de souscrire la garantie bris de machine. Elle est nécessaire si vous utilisez de gros appareils, du matériel industriel ou technique au sein de votre entreprise. En cas de problème avec l’un des équipements, cette couverture vous permet de bénéficier d’un financement pour le changer ou le réparer.

Pour gérer efficacement les dommages informatiques comme le vol de données ou les piratages, il vous faut une cyber-assurance. Elle est recommandée si votre métier nécessite de stocker des informations sensibles ou de travailler en ligne.

En revanche, vous avez l’obligation de souscrire une garantie véhicules professionnels si vous utilisez des engins de chantier, des motos ou des voitures. Tous les types de dégâts qui affectent votre automobile sont pris en charge.

Cependant, au lieu de choisir cette couverture en option ou de l’associer avec d’autres formules pour protéger vos biens professionnels, vous pouvez simplement préférer l’assurance multirisque. C’est une garantie complète, car elle supporte les dommages qui touchent à la fois votre local, vos marchandises et votre matériel.

Les couvertures complémentaires utiles

Pour sécuriser votre activité, vous pouvez souscrire une assurance protection juridique ou une protection « moyens de paiement ». La première vous permet de résoudre vos différents litiges professionnels grâce à des conseils d’experts en droit.

La deuxième couverture vous aide à faire face aux éventuels incidents de paiement tels qu’un vol d’espèces, une utilisation frauduleuse de votre carte de crédit ou un chèque sans provision. Les pertes financières occasionnées par le sinistre sont compensées par la prise en charge de votre assureur.

Choisissez la meilleure couverture pour votre entreprise

Une compagnie d’assurance qui a une connaissance des risques qui peuvent survenir dans le cadre de votre profession saura mieux vous comprendre et cerner vos besoins. Pour cette raison, privilégiez une agence spécialisée dans votre secteur d’activité. De même, vérifiez qu’elle possède une bonne réputation. Ce geste de précaution vous permet de savoir si vos indemnités seront versées sans problème en cas de sinistre. Cette démarche est également utile pour en apprendre davantage sur la disponibilité et la réactivité du service client.

Intéressez-vous aussi aux garanties, exclusions et franchises. Les frais qui restent à votre charge après un incident ne doivent pas être au-delà de votre capacité financière. Les couvertures proposées doivent aussi correspondre à vos besoins.

Pour mieux identifier les formules qu’il vous faut, faites une liste des dégâts qui surviennent souvent dans votre corps de métier. Faites aussi appel à un courtier ou utilisez un comparateur en ligne pour trouver une offre au prix qui vous convient.